Devenir réalisateur avec Android ? Mythe ou réalité ?

Les appareils mobiles, quelque soit la marque, le modèle et le système d’exploitation, sont tous, sans exceptions, équipés d’un micro et d’un appareil photos. Ils ont tous également la possibilité d’être utilisé comme camera. Par contre, tous les appareils ne sont pas égaux en terme de possibilités et qualité… petit tour d’horizon. Windows ayant officiellement abandonné la production et le support des windows phones, il est difficile de parler de mobilité et de comparer avec Android et Ios.

Pour ce qui est d’Apple, il est clair que le système ios, uniformisé sur toute la gamme de tablettes et téléphones est un avantage certain, d’autant que la gamme d’appareils est relativement restreinte. Du coup, entre les applications natives et les applications tiers (imovies, recolive multicam, kinemaster…) il est assez aisé de réaliser de la vidéo et du montage sur ipad et iphone avec un bon rendu.

Pour ce qui est d’Android, sujet de cet article et de ce blog, l’affaire se corse un peu, mais il est facile d’imaginer que cela est toutefois possible. Petit tour d’horizon de ce qu’il est possible ou pas, avec quel matériel, quelles applis, et quel budget.

De quoi avons-nous besoin ?

Pour commencer, il faut un ou des appareils mobiles bien entendu. Et comme on peut trouver de tout, à tous les prix, il va falloir faire des choix.
Pour le montage, il faudra une tablette, histoire d’avoir un confort d’affichage. Il faut privilégier le 10 pouces (mais 8 peut faire l’affaire). Avoir un minimum de mémoire et de place disponible. Le port micro sd ainsi que la possibilité de transférer en usb est indispensable… Personnellement, j’ai testé avec une galaxy note 10.1 première génération en android 4.4 et une asus z380 (8 pouces, processeur intel) et cela fonctionne parfaitement.
Pour la prise de vue, la même tablette peut suffire, mais il est possible de travailler avec plusieurs caméras en parallèle. Dans ce cas de simples téléphones conviennent. Il faut toutefois faire attention à la qualité du capteur photo. 13 Millions de pixel semble un bon compromis si le budget est serré. Attention, l’ensemble des appareils doivent être configurés avec la même résolution au moment de la prise de vue pour ne pas avoir de surprises au montage.
Il est également indispensable de prévoir qu’au moins un appareil soit doté d’un bon micro pour une prise de son de qualité.

A cela, nous allons devoir obligatoirement ajouter du matériel complémentaire pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions :
Un ou des pieds pour mettre tablettes et téléphones en place… j’ai personnellement dégoté deux supports de table pour téléphones à 1€ pièce et un support tablette trouvé sur ebay autour de 15€. On peut aussi prendre des pieds pour appareil photo et un adaptateur pour téléphones ou tablettes.

 

Dans l’absolu, vous n’avez besoin de rien d’autre pour démarrer des projets vidéos en classe. Si maintenant, vous voulez avoir un meilleur rendu, il peut être envisageable de s’équiper de divers accessoires supplémentaires. Dont voici quelques exemples :
– Des projecteurs pour avoir un éclairage de qualité (dans tous les cas, ne pas utiliser les flashs des appareils)
– Un fond vert, ou un fond bleu si vous souhaitez incruster une image ou une vidéo (comme pour la météo)
– Des objectifs (fish-eye, téléobjectif, zoom) à adapter devant votre appareil… Il faut de toute façon proscrire l’usage du zoom numérique
– Un système de stabilisateur si vous souhaitez travailler en mouvement (mais il est possible de travailler en plans fixes pour commencer)
– Et si vous ne trouvez vraiement pas votre bonheur sur android, un logiciel sur pc ou mac de montage vidéo, et pour le son, audacity et un bon micro usb.

De quoi je dispose en vrai ?

Pour ma part, pour commencer mes productions (récentes) je dispose de ceci :
– Une tablette (asus Z380, 8 pouces, 2 Go ram, 32 Go de rom, capteur 8 millions de pixels, android 6.0) et son support col de cygne qui se pince sur une table
– Un téléphone (Umi plus, 6 Go ram, 64 Go rom, capteur 13 millions de pixels, android 6.0) et son support de table (trépied)
– Un autre téléphone (Meizu m2 note, 2 Go ram, 16 Go rom, capteur 13 millions, android 6) et son support de table.
En complément, comme je fais surtout de la musique, j’utilises régulièrement audacity sur pc, avec un bon micro en usb, voir même un instrument branché sur la carte son… J’utilises le pc car je dispose du matériel, cela m’évite d’investir. Mais il m’est déjà arrivé de faire en prise directe sur la tablette, et le son reste exploitable.

Et au niveau des applications ?

Pour ce qui est des applications, il en faut au moins deux : une pour enregistrer, et une pour faire le montage. Personnellement, j’en utilises à minima trois, que voici.

 Bien sur, il faut une application appareil photo avec fonction caméra. Il en existe des tonnes, avec plein de fonctionnalités. Mais celle livrée avec l’appareil peut parfaitement faire l’affaire. Il peut aussi être intéressant d’utiliser la même application sur tous les appareils, histoire d’uniformiser les réglages. Réglages qui devront être à l’identique sur tous les appareils. Pour ma part, je règle en 6 millions de pixels 16/9, et en hd 720 points.Ce n’est pas ce qui se fait de mieux, mais elle offre quelques avantages : poids raisonnable des vidéos, résolution disponible sur tous mes appareils, résolution suffisante pour une diffusion sur réseaux sociaux.

Pour le montage, j’utilises beaucoup Power Director de Cyberlink (disponible sur le play store). Elle est à demeure sur ma tablette et me permet de faire des montages simples avec quelques effets et transitions, ajout de bande son ainsi que les titrages. Cette application est disponible en version gratuite (avec un filigrane sur les productions) ou en version payante à 5€99. La version gratuite pouvant largement suffire en usage scolaire. Il est également possible d’utiliser l’application kinemaster en version gratuite ou en version avec abonnement si l’on ne se satisfait pas de Power Pirector.

Pour gagner du temps sur les effets spéciaux, sans perdre de temps avec des réglages complexes ou sans avoir à acheter des modules complémentaires dans l’application de montage, j’utilises également isuper8. Bien que payante (1€09), elle donne un joli effet vintage aux productions, et permet de compenser les problèmes liés à l’éclairage que je n’ai pas et l’éventuelle faiblesse des capteurs photos de mes appareil. J’utilises également à titre expérimental l’application paper camera de jfdp labs pour appliquer des effets dessin annimés. Application que l’on ne trouve malheureusement plus sur le play store, mais que l’on peut encore trouver en apk (qui est à android, ce que l’exe est à windows).

Comment procède-t-on pour faire une vidéo ?

Dans les grandes lignes, et pour se concentrer uniquement sur la technique, et sans parler de story-board et autres préparatifs, je procède en quatre grandes étapes, dont certaines aujourd’hui sont réalisées sur pc, car je n’ai pas encore creusé pour le faire uniquement sur tablette :
– Prises de vues en plans fixes. Soit en multicam, soit avec une seule caméra déplacée plusieurs fois. Prise de son en direct (ou différé) sur ordinateur par sécurité.
– Transfert (câble usb, cartes micro sd…) sur un seul appareil.
– Sélection et suppression des enregistrements loupés.
– Découpage dans Power Director de chaque séquence pour ne garder que ce qui est indispensable et export de chaque séquence en mp4 (si les vidéos sont lourdes, sinon, on peut passer à l’étape suivante)
– Ajout de la bande son
– Montage des différentes séquences dans Power Director, et application des effets de transition
– Application des effet dans Power Director ou avec une application externe.
– Insertion des textes.
– Export final et diffusion sur youtube ou autre.

A cela, dans le cas de productions ou il est insdispensable que le son soit synchronisé avec l’image, il peut être nécessaire d’ajouter des étapes intermédiaires…

Et dans la pratique cela donne quoi ?

Voici quelques exemples de productions issues de mes travaux personnels ainsi que des exemples fournis par les éditeurs d’applications. Vous pouvez également vous rendre sur mon autre blog (ukefornight.fr) pour avoir un aperçu de vidéos brutes de fonderie et des vidéos ayant eu une post production.

     

     

Et pour en apprendre plus ?

Pour approfondir le sujet, vous pouvez vous procurer le numéro hors série n° 92 de 01.Net, en date du 12 Mai 2016 qui m’a permis de démarrer et amméliorer pas mal de choses dans ma pratique. Vous trouverez également d’ici peu sur ce blog quelques tutoriels dédiés à certaines applications. Et entre nous, rien de mieux que de se lancer et de pratiquer pour en apprendre davantage.

En conclusion

Même si ios semble avoir une longueur d’avance sur android sur la production vidéo (à tel point que le film 9rides de Matthew Cherry a été entièrement filmé avec un iphone 6), et ce grace à quelques applications phares tel que imovies, garageband (pour le son) et recolive multicam pour l’enregistrement synchronisé de plusieurs caméras ; tout n’est pas perdu sur android, et il est largement possible de réaliser des courts métrages avec ce système et u budget modeste.

Crédits photos : 01.net – pixabay – pixhere – google play store – jfpd labs.