Des comptes rendus qui sortent de l’ordinaire

roman photoDepuis quelque temps déjà, les programmes de collège sont basés, pour beaucoup de matières, sur une démarche d’investigation. Et quoi de plus normal que de vouloir faire effectuer aux élèves des comptes rendus d’expérimentations.
Il s’avère, en définitive, que ces comptes rendus ne sont pas très éloignés de ce qui peut également être demandé à la suite d’une sortie pédagogique, d’un voyage scolaire, et bien d’autres choses encore. Hélas, bien souvent, cela tourne autour de deux ou trois types d’activités.
Et entre nous, ne-trouvez-vous pas :
– Rébarbatif la correction des rédactions ?
– Soporifique la correction des textes à trous et autres questionnaires pré-mâchés ?
– Sans aucun sens, les diaporamas, si ils ne sont pas accompagnés de présentations orales ?

Eh bien moi, si !

La rédaction et le diaporama, même si ces activités ont un sens pédagogique certain, n’ont absolument pas besoin d’un article sur ce site. Elles ont, à mon avis, été traitées  de gauche à droite, et notre présentation de Kingsoft-Office est suffisante.
Quand à la correction de questionnaires ; des outils tel que Moodle, Chamillo ou encore Socrative le font très bien tout seul. Ils feront d’ailleurs l’objet d’articles prochainement.

Du coup, se mettre en quête d’une autre forme d’expression à utiliser en classe pour la rédaction de compte-rendus d’activités dans le cadre de la démarche d’investigation me semble utile. Cette quête est bien entendu infinie et n’a de limites que notre imagination.
Arrêtons nous tout de même un peu pour observer et étudier l’une de celles-ci : le roman photo.

Eh oui, voici un mode d’expression qui peut servir à établir un compte-rendu, tout en évaluant des compétences relatives au numérique : observation, prise de photos, prise de notes et présentation sous forme d’une ou plusieurs planches. La tablette peut être utilisée pour réaliser ces opérations de manière assez simple étant donné qu’elle est pourvue d’un appareil photo, d’applications pour les retoucher, d’applications de prises de notes (kingsoft-office, evernote…) et qu’il est  possible d’utiliser une application de réalisation de bandes dessinées pour finaliser le roman photo :  Comic Strip It et (Comic Strip Elle en version payante) par exemple.
Avec ces applications, il est possible de mettre en scène une planche avec les photos, les bulles d’explications, dialogues, onomatopées. La planche est alors exportable sous forme d’image. Un roman de plusieurs planches est alors composé de plusieurs images, réalisées tour à tour.

comic-strip

ComicStripIt étant en anglais, voici les grandes lignes de la procédure d’utilisation :

– Choisir « new strip » pour créer une nouvelle planche, mettre le titre et valider.
– Choisir d’ajouter une photo (depuis la galerie) pour la première vignette.
– Ajouter les bulles, écrire les textes correspondant à cette première vignette.
– Ajouter les onomatopées si besoin.
– Cliquer sur « new frame » pour ajouter une nouvelle vignette à la planche.
– A la fin, sauvegarder à l’aide du cochon tirelire.
– Générer la planche à l’aide de la loupe et exporter cette planche terminée au format jpg pour diffusion ou impression.

On voit tout de suite que l’utilisation de cette application dans le cadre d’une activité de ce genre va également ouvrir des possibilités de travaux pluridisciplinaires et de gestion de projet : Certaines matières apportant le contenu (expérimentations, sorties…), d’autres intervenants sur le contenant (rédaction des textes, travail de l’image…) et l’assemblage final. Ce mode d’expression peut aussi être décliné sous la variante bande dessinée et être exploité dans nombre de projets. Mais cela est une autre histoire.

Laisser un commentaire